Archives de
Catégorie : Epoque Contemporaine (1789 ; – )

La Première Guerre mondiale (partie XI) : Versailles et le bilan

La Première Guerre mondiale (partie XI) : Versailles et le bilan

Rappel : Malgré la sortie de guerre de la Russie, l’entrée en guerre des Etats-Unis en 1917 promettait un bouleversement de l’équilibre des forces sur le front Ouest en 1918. Ludendorff en avait conscience et échafauda alors l’offensive « Micheal », en mars 1918. C’était l’offensive de la dernière chance, destinée à annihiler l’armée britannique et créer une percée dans le front. Il fallait faire vite, car une autre menace pesait. En 1918 se répandit la « grippe espagnole » dans les tranchées. Elle faucha…

Lire la suite Lire la suite

La Première Guerre mondiale (partie X) : la fin de la Grande Guerre (1918)

La Première Guerre mondiale (partie X) : la fin de la Grande Guerre (1918)

Rappel : qu’importe la grève militaire de la moitié de l’armée française, Haig fit repartir – non sans mal – les Britanniques à l’assaut le 31 juillet 1917. Il engagea ainsi la 3e bataille d’Ypres, énième hécatombe à l’utilité stratégique contestable. Surtout que Haig ayant pu avancer grâce à une technique novatrice dite « offensive à la Plumer » (du nom de son créateur) consistant en une avancée pas à pas, s’obstina avec la bataille de Passchendaele, extension de la 3e bataille…

Lire la suite Lire la suite

La Première Guerre mondiale (partie IX) : les Etats-Unis entrent, la Russie sort (1917-1918)

La Première Guerre mondiale (partie IX) : les Etats-Unis entrent, la Russie sort (1917-1918)

Rappel : A l’Ouest, le généralissime Nivelle et son homologue britannique Haig lancèrent une double offensive sur les saillants de la Somme, juste après que les Allemands se soient repliés sur une nouvelle ligne défensive, dite ligne Hindenburg. Les batailles du Chemin des Dames (côté français) et d’Arras et Vimy (côté britannique) furent d’énièmes boucheries inutiles. Se déclencha alors une grève militaire (et non des mutineries, comme on les a improprement nommées) pour la moitié de l’armée française. Celle-ci refusera de…

Lire la suite Lire la suite

La Première Guerre mondiale (partie VIII) : l’année de la rupture des armées de l’Entente (1917)

La Première Guerre mondiale (partie VIII) : l’année de la rupture des armées de l’Entente (1917)

Rappel : Au-delà de la chasse aux navires allemand sur les océans lointains, plusieurs batailles navales se déroulèrent en mer du Nord, entre le Danemark et le Royaume-Uni. Parmi celles-ci, les plus importantes furent la bataille d’Heligoland (1914), la bataille du Dogger Bank (1915) et la bataille du Jutland (1916), toutes des victoires britanniques, bien que celle du Jutland – la plus grande bataille navale de la Première Guerre mondiale – soit une victoire à la Pyrrhus. Ces batailles se déroulèrent…

Lire la suite Lire la suite

La Première Guerre mondiale (partie VII) : batailles navales, blocus maritime, fronts Est, italien, ottoman et colonial (1916)

La Première Guerre mondiale (partie VII) : batailles navales, blocus maritime, fronts Est, italien, ottoman et colonial (1916)

Rappel : Les économies belligérantes, non préparées à une guerre totale et ayant de ce fait déjà atteint leurs limites en 1915, durent verser dans l’économie de guerre pour que leur puissance militaire ne s’en trouve plus restreinte. En France, les femmes, notamment, furent embauchées à tour de bras pour un salaire peu attractif et des horaires étendus : les munitionnettes. Il était temps que les économies se mettent à jour pour tenir la cadence et répondre aux ambitions des généraux…

Lire la suite Lire la suite