Articles

Articles

duetact medicine price

  • Carthage antique (partie V) : Pyrrhos, prélude à la collision romano-punique (280-264 av. J-C) - Rappel : Agathocle, sur le point d’être vaincu en Sicile par Carthage, se déroba à son destin par un coup audacieux. S’échappant du siège de Syracuse, il débarqua avec une armée en Afrique en 310*. Agathocle s’empara du territoire africain faiblement défendu et menaça directement Carthage. Il obtint l’aide d’Ophellas, gouverneur de la Cyrénaïque. Mais il n’obtint pas celle de Ptolémée, devant qui Ophellas devait théoriquement toujours répondre de ses actes. Ptolémée avait abandonné la politique expansionniste macédonienne et cherchait à...

    http://ligaspanyol.net/15-cat/casino_23.html Lire la suite Lire la suite

  • Carthage antique (partie IV) : Agathocle, basileus hellénistique ? (313-289 av. J-C) - Rappel : après ses succès face aux Syracusains en Sicile, Hannon le Grand avait renforcé son prestige en établissant plus solidement l’influence carthaginoise en Afrique en 360-350 av. J-C*. Ces succès n’empêchèrent pas Hannon, après une tentative de coup d’Etat échouée, d’être crucifié. Le Sénat gardait l’ascendant chez les Puniques. En Italie, Rome affirmait sa puissance au détriment de celle des Etrusques. En Sicile, les difficultés de Denys le Jeune se soldèrent par son renversement par le corinthien Timoléon, qui mit...

    gay hookup sites near santa ana ca Four Corners Lire la suite Lire la suite

  • Carthage antique (partie III) : de Timoléon à Agathocle (360-313 av. J-C) - Rappel : en Sicile, le général syracusain Hermocrate déclencha la Deuxième Guerre gréco-punique par des provocations. Pour la première fois, Carthage intervint en Sicile sans y être invitée par une puissance locale. Cette guerre siculo-punique* provoqua une instabilité politique à Syracuse. Un certain Denys (plus tard dit « l’Ancien ») en profita pour prendre le pouvoir en 406 av. J-C. Les deux principaux belligérants avaient épuisé leurs ressources et une trêve fut conclue en 405**. Carthage profita de cette accalmie pour se rapprocher...

    https://customerservicecentre.in.net/28-cat/dating_26.html Lire la suite Lire la suite

  • Carthage antique (partie II) : la Deuxième Guerre gréco-punique, de Denys l’Ancien à Denys le Jeune (410-362 av. J.C) - Rappel : descendante directe de la Phénicie, Carthage avait dès le départ pour vocation la sauvegarde des routes commerciales phéniciennes en Méditerranée. Pendant occidental de Tyr, Carthage était destinée à devenir une puissance maritime et commerciale. Le déclin progressif de la cité mère orientale, constamment soumise à de nouvelles puissances (Assyriens, Babyloniens, Perses achéménides) poussa la cité fille à s’élever. Les relations phénico-puniques n’en demeurèrent pas moins excellentes. Carthage, fondée à la fin du IXe siècle*, entama une expansion territoriale au...

    unbiasedly sweet bonanza pragmatic Lire la suite Lire la suite

  • Carthage antique (partie I) : thalassocratie et cité commerciale, fille de Tyr (IXe – Ve siècles av. J.C) - Avec la fin de l’âge de bronze au Levant (Proche-Orient), le tableau géopolitique se trouva modifié. Au XIIe siècle av. J.C*, les Hittites au nord et les Egyptiens au sud disparurent de la scène levantine. Les Phéniciens en profitèrent pour prospérer en utilisant les routes commerciales préétablies vers les sources de métaux (indispensables à l’âge de bronze). Ces routes maritimes s’étiraient déjà jusqu’à la Sicile et l’Ibérie du Sud. C’est dans ce contexte que s’opéra la première vague de colonisation...

    https://dalmat.eu/9-cat/dating_24.html Lire la suite Lire la suite

  • Brièvement : la guerre civile russe (1917-1921) - La Première Guerre mondiale, guerre d’usure insupportable pour l’Empire russe, causa sa perte en 1917. C’est l’inflation et la situation économique qui provoquèrent l’effondrement de l’arrière. Les émeutes se muèrent en révolution le 27 février 1917 lorsque des forces armées se joignirent aux manifestants. Le régime tsariste n’y survécut pas. Nicolas II déposa sa couronne le 2 mars. Un Gouvernement Provisoire, dirigé par Kerensky, prit alors sa place. Celui-ci voulait continuer la guerre et honorer l’alliance de la Triple-Entente. Une...

    https://cre8eddesign.com/16-cat/dating_37.html Lire la suite Lire la suite

  • La guerre civile russe (partie V) : les derniers soubresauts (1920-1921) - Rappel : les Rouges, acculés en juin 1919, commençaient déjà à repousser Koltchak en juillet à l’est. Il faudra attendre fin octobre pour que Dénikine et Ioudénitch soient également repoussés. Ce dernier quitta le pays et vit son armée évacuée. Koltchak fut trahi par les Tchécoslovaques et fusillé en février 1920. Dénikine, vaincu au sud, céda le commandement au baron Wrangel. Les armées blanches partout repoussées, il ne restait guère que Wrangel pour s’opposer aux Rouges. Pour survivre, il dut se...

    Lire la suite Lire la suite

  • La guerre civile russe (partie IV) : défaite des Blancs et guerre russo-polonaise (1919-1920) - Rappel : de l’été 1918 à l’été 1919, la situation était restée alarmante pour les Rouges dans la guerre civile russe. Les puissances internationales se rangeaient progressivement du côté des Blancs en soutenant Dénikine et Wrangel au sud (Ukraine) et en débarquant à Mourmansk et Arkhangelsk au nord. Pire, les Allemands, qui avaient déjà aidé la Finlande et envahi l’Ukraine, entendaient soutenir Ioudenitch et son assaut depuis les pays Baltes vers Petrograd. La défaite allemande dans le contexte de la Première...

    Lire la suite Lire la suite

  • La guerre civile russe (partie III) : d’un été à l’autre (1918-1919) - Rappel : l’année 1918 avait piteusement commencé pour les Rouges. L’insurrection blanche en Finlande s’était muée en guerre civile au désavantage flagrant des bolchevicks. L’insurrection indépendantistes des petliouristes en Ukraine avait également repoussé les Rouges qui en prenaient possession. Pire, le traité de paix de Brest-Litovsk avec les puissances centrales avait vu les bolchevicks céder sur toute la ligne en mars. Les conséquences s’en firent sentir avec l’invasion allemande de l’Ukraine. Pour ne rien arranger, des légionnaires tchécoslovaques s’étaient mis en...

    Lire la suite Lire la suite

  • La guerre civile russe (partie II) : insurrections blanches et occupation allemande (1918) - Rappel : la Première Guerre mondiale, guerre d’usure insupportable pour l’Empire russe, causa sa perte en 1917. C’est l’inflation et la situation économique qui provoquèrent l’effondrement de l’arrière. Les émeutes se muèrent en révolution le 27 février 1917 lorsque des forces armées se joignirent aux manifestants. Le régime tsariste n’y survécut pas. Nicolas II déposa sa couronne le 2 mars. Un Gouvernement Provisoire, dirigé par Kerensky, prit alors place. Celui-ci voulait continuer la guerre et honorer l’alliance de la Triple-Entente. Une...

    Lire la suite Lire la suite