Articles

Articles

glucovance 500mg

  • La guerre de Sécession (partie VII) : début des hostilités et seconde vague de sécessions (1861) - Rappel : la sécession du Sud fut préventive, c’est-à-dire que les sudistes jugèrent Lincoln avant même qu’il n’entre en fonction. Les sudistes modérés furent pris de court : la majorité des sudistes étaient des unionistes conditionnels. En d’autres termes, ils auraient préféré rester dans l’Union et ne la quitter qu’à condition que la politique de Lincoln ne leur devienne insupportable. Cela expliquait l’une des craintes des sécessionnistes en 1861 : la tendance majoritaire n’était pas strictement sécessionniste. Pour les sécessionnistes, il s’agissait désormais...

    penislange 14 Lire la suite Lire la suite

  • La guerre de Sécession (partie VI) : de la sécession à la guerre (janvier – avril 1861) - Rappel : En 1857, une crise économique toucha tout le système financier américain dans les états du nord. Le Sud y resta assez insensible, grâce à l’exportation de coton. Le « Roi Coton », comme souvent, permettait au Sud d’éviter les récessions que le Nord subissait. Cette observation donnait de l’assurance aux sudistes sécessionistes. La crise, pourtant, fut rapidement surmontée. En 1858, Abraham Lincoln, républicain, affronta Stephen Douglas, démocrate du Nord, dans des joutes verbales pour devenir sénateur de l’Illinois. Douglas l’emporta finalement,...

    par söker man i ringsjö Lire la suite Lire la suite

  • La guerre de Sécession (partie V) : vers la sécession (1857-1861) - Rappel : Alors qu’entre 1855 et 1860, l’aventurier William Walker faisait vivre, au péril de sa vie, l’espoir d’un empire esclavagiste dirigé par les sudistes en prenant brièvement le contrôle du Nicaragua, le chaos du Bleeding Kansas continuait de scinder les Etats-Unis entre les états du nord et du sud. John Geary fut nommé nouveau gouverneur du Kansas en 1856. En quelques mois, il parvint à faire cesser la guérilla … Temporairement : la législature officielle était celle des esclavagistes quand l’état...

    tinder chat verlauf gelöscht Lire la suite Lire la suite

  • La guerre de Sécession (partie IV) : le contexte politique, du Bleeding Kansas à la Dred Scott decision (1855-1857) - Rappel : La lubie d’une annexion de Cuba et de la création d’un empire esclavagiste fit son retour dans les années 1850 aux Etats-Unis. Deux débarquements de flibustiers furent même tentés (1850 et 1851), en vain. Président Pierce, démocrate élu en 1853, prépara une autre expédition pendant que la guerre de Crimée occupait les Européens (1853-1856). Pourtant, l’expédition ne vit jamais le jour. C’est que Pierce utilisa tout son capital politique pour le Sud avec la loi Kansas-Nebraska (1854). Celle-ci donnait...

    Chernushka ou se fait la rencontre des cellules reproductrices humaines Lire la suite Lire la suite

  • La guerre de Sécession (partie III) : le contexte politique, du Kansas-Nebraska Act au Bleeding Kansas (1850-1855) - Rappel : Après la guerre du Mexique, les Américains devaient décider si les nouvelles terres obtenues deviendraient des états esclavagistes ou libres. La clause Wilmot, cherchant à limiter l’influence esclavagiste, fit éclater une confrontation de plus en plus sectionnelle (Nord contre Sud). Les intérêts des sudistes divergeaient tant de ceux des nordistes qu’il importait désormais de savoir quel camp compterait le plus d’états et donc de représentants au Congrès. Le sudiste Taylor devint président en 1848. Pourtant, secondé par le nordiste...

    Kernersville kamagra 100 mg gel Lire la suite Lire la suite

  • La guerre de Sécession (partie II) : contexte politique (1848-1850) - Rappel : Les États-Unis, durant la première moitié du XIXe siècle, connurent une croissance démographique, territoriale et économique fulgurante. Une transformation sociale s’opéra aussi, passant d’une production locale à une production massive pour le marché et – au Nord – un exode rural. Une révolution du transport avec le bateau à vapeur et le train bouleversèrent l’économie après 1815. Les réseaux fluvial et ferroviaire firent tomber les prix par des transports plus rapides et moins coûteux. Les prix de gros des...

    Lire la suite Lire la suite

  • La guerre de Sécession (partie I) : les grandes lignes de la société américaine (1800-1848) - La guerre du Mexique se termina en 1847 avec la prise de Chapultepec. De grands noms militaires, adversaires dans la guerre suivante, s’y trouvaient du même côté. La paix devait rapporter 1/4 du territoire américain actuel aux dépends de la moitié de celui du Mexique d’alors. Mais le Président Polk, démocrate, voyait les whigs (républicains) s’opposer à son expansionnisme. Les whigs étaient par ailleurs majoritaires au Congrès depuis 1846 du fait d’une hostilité américaine à la guerre. Pourtant, les deux...

    Lire la suite Lire la suite

  • Brièvement : la guerre de Crimée (1853-1856) - Depuis Charlemagne (vers 800), la puissance franque puis française fut reconnue par les Musulmans comme celle à qui incombait la tâche de protéger les Lieux Saints et les chrétiens d’Orient. Cette tradition fut perpétuée par les croisades puis la signature des Capitulations de 1535 entre François Ier et Soliman le Magnifique. L’Empire ottoman renouvela à plusieurs reprises cette prérogative française. Avec le temps, la France en vint à ne protéger plus que les catholiques. Après la chute de Constantinople (1453),...

    Lire la suite Lire la suite

  • La guerre de Crimée (partie IX) : la chute de Sébastopol et le Congrès de Paris (1855-1856) - Rappel : Le siège vit en 1855 une multiplication des bombardements alliés sur Sébastopol. Ceux-ci étaient de plus en plus fréquents et violents. Ils écrasèrent les défenses russes surtout en avril, juin et août. En parallèle, les Britanniques motivèrent une opération vers Kertch pour couper la ligne de ravitaillement des assiégés en Crimée. Cette ligne coupée en mai, les Russes commencèrent à mourir de faim en plus des balles, des obus et de la maladie. Chaque jour, il en mourrait plusieurs...

    Lire la suite Lire la suite

  • La guerre de Crimée (partie VIII) : les vicissitudes du siège (mars – août 1855) - Rappel : L’attaque russe de Balaklava dans le dos des alliés assiégeant Sébastopol ne fut pas la seule tentative de Menchikov pour briser l’encerclement. Et pour cause, dès le 5 novembre 1854, l’armée de secours réitéra avec la bataille d’Inkerman. Les Russes innovèrent cependant en cela que c’était une attaque combinée de l’armée de secours et des assiégés effectuant une sortie. Les Britanniques étaient à nouveau visés sur une position estimée la plus faible du dispositif allié. L’attaque russe, cependant, ne...

    Lire la suite Lire la suite