Archives de
Étiquette : maréchal Pétain

La Première Guerre mondiale (partie VIII) : l’année de la rupture des armées de l’Entente (1917)

La Première Guerre mondiale (partie VIII) : l’année de la rupture des armées de l’Entente (1917)

Rappel : Au-delà de la chasse aux navires allemand sur les océans lointains, plusieurs batailles navales se déroulèrent en mer du Nord, entre le Danemark et le Royaume-Uni. Parmi celles-ci, les plus importantes furent la bataille d’Heligoland (1914), la bataille du Dogger Bank (1915) et la bataille du Jutland (1916), toutes des victoires britanniques, bien que celle du Jutland – la plus grande bataille navale de la Première Guerre mondiale – soit une victoire à la Pyrrhus. Ces batailles se déroulèrent…

Lire la suite Lire la suite

La Première Guerre mondiale (partie VI) : Verdun, Somme, l’année des grandes batailles à l’Ouest (1916)

La Première Guerre mondiale (partie VI) : Verdun, Somme, l’année des grandes batailles à l’Ouest (1916)

Rappel : aux lourdes pertes austro-hongroises de 1914 (1,2 million d’hommes) vinrent s’ajouter les 800 000 pertes consenties entre janvier et avril 1915. Vienne suffoquait. Or, l’Italie y vit une occasion pour obtenir les terres austro-hongroises qu’elle revendiquait depuis des années. L’Allemagne était trop occupée par ses deux fronts pour réagir et la Russie, puis la Triple-Entente, firent des offres généreuses à l’Italie. Qu’importe la Triplice de 1882, l’Italie entra en guerre contre l’Autriche-Hongrie en 1915. L’offensive décidée par Cadorna, chef d’état-major…

Lire la suite Lire la suite

La guerre civile espagnole et l’Espagne franquiste (partie X) : la Seconde Guerre mondiale, entre tentation et réalisme (1939-1945)

La guerre civile espagnole et l’Espagne franquiste (partie X) : la Seconde Guerre mondiale, entre tentation et réalisme (1939-1945)

Rappel : La fin de la guerre civile espagnole venue, Franco installa un pouvoir autoritaire et épura l’Espagne. Le pardon ne fut jamais une option. Nombre d’Espagnols s’exilèrent, surtout vers la France, qui fit ce qu’elle put pour les accueillir en catastrophe. Par la loi, la justice, la traque, l’emprisonnement, les exécutions sommaires, Franco élimina ou emprisonna tous ceux qui avaient montré des accointances avec la république depuis 1934 et n’avaient pas fui. Le Caudillo ne dirigea cependant pas un Etat…

Lire la suite Lire la suite