Articles

Articles

  • Brièvement : la Carthage antique (814-146 av. J-C) - Descendante directe de la Phénicie, Carthage avait dès le départ pour vocation la sauvegarde des routes commerciales phéniciennes en Méditerranée. Pendant occidental de Tyr, Carthage était destinée à devenir une puissance maritime et commerciale. Le déclin progressif de la cité mère orientale, constamment soumise à de nouvelles puissances (Assyriens, Babyloniens, Perses achéménides) poussa la cité fille à s’élever. Les relations phénico-puniques n’en demeurèrent pas moins excellentes. Carthage, fondée à la fin du IXe siècle, entama une expansion territoriale au VIe...

    Lire la suite Lire la suite

  • Carthage antique (partie XVII) : la Troisième Guerre punique et la chute de la Carthage antique (202-146 av. J-C) - Rappel : Après le tournant de Métaure en 207* et en parallèle de la défaite de Magon Barca lors de la bataille d’Insubrie dans le nord de l’Italie, Scipion débutait sa campagne en Afrique. Le proconsul débarqua au Cap Bon, assiégea Utique, alliée de Carthage et affronta les Punico-numides par deux fois en 203. Asdrubal ben Gisco et Syphax furent vaincus une première fois par la ruse, leurs campements partant en fumée, comme leur armée ; puis une seconde fois lors de...

    Lire la suite Lire la suite

  • Carthage antique (partie XVI) : la campagne d’Afrique et la fin de la Deuxième Guerre punique (204-202) - Rappel : Asdrubal Barca, qui avait déjoué la surveillance de Scipion en Ibérie pour rejoindre avec une armée son frère Hannibal en Italie, fut plus rapide que prévu. Il traversa la Gaule en deux mois seulement, là où son frère avait mis six mois. Les Romains interceptèrent un messager qu’il envoya à Hannibal pour le prévenir de son arrivée. Rome put ainsi, sur l’initiative normalement illégale du consul Néron, fixer Hannibal au sud tout en portant la majorité de ses forces...

    Lire la suite Lire la suite

  • Carthage antique (partie XV) : Métaure et le tournant de la guerre (208-203) - Rappel : En Ibérie, les Carthaginois d’Asdrubal ben Gisco, Asdrubal et Magon Barca furent vaincus plusieurs fois, dont une fois gravement, en 214*, par les Romains dirigés par les frères Scipion. C’est qu’Asdrubal Barca devait également gérer une campagne en Afrique. Avec l’allié massyles (dont le prince Massinissa), les Puniques défirent Syphax, roi des Massaesyles, qui s’était rapproché de Rome. La paix signée en 213, Asdrubal put se concentrer sur l’Ibérie. Sagonte tomba aux Romains en 212. Mais les trois chefs...

    Lire la suite Lire la suite

  • Carthage antique (partie XIV) : l’équilibre de la guerre (215-209 av. J-C) - Rappel : Après ses victoires décisives à la Trébie et au Lac Trasimène, le général carthaginois Hannibal Barca écrasa une imposante armée romaine à Cannes, le 2 août 216*, dans le sud de l’Italie. Cette victoire de Cannes aurait dû pousser Rome à demander la paix, selon les règles tacites de la guerre. Pourtant, l’Urbs** en décida autrement et opta pour la résistance acharnée. Dans une situation politique et économique désastreuse, Rome parvint à encore lever des troupes en élargissant les critères...

    Lire la suite Lire la suite

  • Carthage antique (partie XIII) : la bataille de Cannes (216 av. J-C) - Rappel : Après ses victoires dans le nord de l’Italie au Tessin et à la Trébie en 218*, Hannibal s’aventura en Italie. Suivi de près par l’un des deux consuls romains, le stratège punique fut en mesure de tendre une terrible embuscade au lac Trasimène qui se solda par un anéantissement de l’armée romaine en 217. Si les Carthaginois dominaient sans conteste les débats en Italie, il n’en allait pas de même en Ibérie, laissée par Hannibal Barca aux bons soins...

    Lire la suite Lire la suite

  • Carthage antique (partie XII) : Second échec aux Romains en Italie (217 av. J-C) et revers carthaginois en Ibérie (218-216 av. J-C) - Rappel : A peine la Deuxième Guerre punique était-elle déclarée qu’Hannibal partit de Carthagène en Ibérie et se dirigea vers l’Italie. Il espérait ainsi porter la guerre sur les terres romaines et remettre en cause les alliances italiennes de l’Urbs. Il souhaitait également empêcher Rome de tirer profit de l’emprise imparfaite que Carthage possédait sur ses terres africaines et hispaniques. Dès la première année de la guerre (218*), Hannibal prit de court les Romains, traversa rapidement les Pyrénées puis les Alpes...

    Lire la suite Lire la suite

  • Carthage antique (partie XI) : d’Ibérie en Italie, Hannibal traverse les Alpes et l’emporte au Tessin et à la Trébie (218 av. J-C) - Rappel : Il ne fallut pas longtemps à Hannibal Barca, belliqueux et hostile aux Romains, pour assiéger Sagonte, alliée de Rome, en Ibérie. Dès 219*, Barca mena le siège de la ville, ce qui déclencha les hostilités entre Rome et Carthage en 218. Le Sénat carthaginois, belliqueux, accueillit la guerre avec enthousiasme. La métropole africaine était devenue plus puissante que lors du précédent affrontement. Hannibal Barca, en particulier, commandait à une armée professionnelle. Barca lui-même était un chef militaire accompli. Celui-ci...

    Lire la suite Lire la suite

  • Carthage antique (partie X) : vers la guerre (221-218 av. J-C) - Rappel : Après la guerre des Mercenaires en Afrique (241-237)*, la période de l’entre-deux-guerres puniques se poursuivit. La métropole africaine, par l’impulsion d’Amilcar Barca, soutenu par le peuple et par un Sénat pro-barcide, développa son activité en Ibérie. Barca mena personnellement les opérations et soumit le sud-est de la péninsule ibérique. En parallèle, les Puniques menaient des campagnes contre les Numides pour sécuriser la route reliant l’Ibérie à la Carthage. Asdrubal le Beau, le gendre d’Amilcar Barca, participa à cet effort....

    Lire la suite Lire la suite

  • Carthage antique (partie IX) : l’Ibérie barcide (237-221 av. J-C) - Rappel : La fin de la Première Guerre punique en 241* ne signifia pas la fin des conflits armés pour Carthage. Les mercenaires, si savamment utilisés contre les Romains, se rebellèrent une fois revenus en Afrique. Toute la région, soumise à de trop lourds impôts et toujours marquée par la répression carthaginoise du soulèvement ayant suivi le passage du consul romain Regulus, se dressa à nouveau contre la métropole africaine. L’échec des négociations déclencha, en 241, un conflit qui perdura jusqu’à...

    Lire la suite Lire la suite